+33 (0) 2 40 39 59 50

COMMENT ÇA MARCHE?

Quelles sont les 4 règles simples à respecter quand on veut travailler en tant que freelance et être payé?

Quelles sont les 4 règles simples à respecter quand on veut travailler en tant que freelance et être payé?

Être freelance ok mais comment être sûr que l’on va être payé quand on travaille en freelance ?

Quelles sont les techniques qui vont vous aider à être payé en tant que freelance. C’est quelque chose de très important, car beaucoup d’indépendants, n’obtiennent pas leur rémunération. Être payé par vos clients est un vrai défi pour beaucoup de freelance. Parfois, les clients paient une partie et parfois ils ne paient pas du tout et cela peut être dévastateur.  Ne jamais commencer à travailler sans contrat.

Les 4 règles à respecter sont :

  • Ne jamais commencer sans avoir établi un contrat
  • Établir un échelonnement
  • Prendre une avance
  • Ne pas transmettre tous vos fichiers finaux avant d’avoir reçu tout votre argent

Commençons par une définition :

Selon le journal du net :  Est définie par le terme de freelance une personne qui exerce une activité professionnelle avec la qualité de travailleur indépendant. Ce collaborateur n’a pas de contrat à long terme comme les salariés en CDD ou CDI, mais réalise son activité professionnelle sous la forme de missions, qu’il facture à ses clients. En France, travailler en freelance nécessite un enregistrement en tant qu’entreprise. On retrouve en particulier ce statut dans les domaines des médias (journalistes), de l’informatique, de la formation et du conseil. La grande liberté des horaires est l’un des avantages du statut de freelance. Il est compensé par une incertitude du travail et donc une variation des revenus.

Pour pouvoir

  • Ne jamais commencer sans avoir établi un contrat

La première règle est de ne jamais travailler sans contrat. Dans ce contrat, il faut décrire les conditions de paiement, les délais, les objectifs et les obligations des deux parties.

Malgré le fait que d’être à distance et que de ce fait il y a peu de chances que les règles du contrat soient appliquées, il faut toujours avoir un contrat. Au minimum celui-ci doit comprendre les étapes d’échelonnement. Il ne faut surtout pas commencez pas avant que le client donneur d’ordre n’ait signé. Une fois que celui-l’est, il est possible de commencer à avoir plus de confiance vis-à-vis de son client. On peut facilement trouver des contrats types gratuits dans certains sites spécialisés. Au moment opportun, il faut investir dans les services d’un avocat. Grace à cela, on a accès à un contrat type, et pouvoir y apporter des modifications au fur et à mesure. Suivant le client est le projet. Quand les gains deviennent assez importants, il est essentiel de le faire.

  • Établir un échelonnement

Il  est indispensable de décrire les étapes ou les phases d’un projet et les coûts associés à chaque   phase du projet. Ainsi, la phase 1 représentera un paiement et sera liée une partie du produit livrable. Il faut donner au moins trois phases à un projet. Il faut ensuite facturer ensuite les frais en fonction des produits livrables. À chaque phase du projet, les clients paient pour obtenir une partie du projet. Comme les paiements sont échelonnés, les deux parties ont le sentiment que le tarif est correct et approprié. L’échelonnement permet aussi une négociation plus importante

  • Prendre un paiement en avance :

Beaucoup de freelance ne demandent pas de paiement en avance. Il est vivement recommandé de toujours demander une avance. Parfois, cela ira plus loin, et mettre en place des frais de service associés à la première phase. Ils représentent un dépôt non remboursable. Une fois l’accord conclu, il devient dû immédiatement. Certains Freelance aiment mettre leurs tarifs sur leur site web. Ainsi, en fixant leurs prix à l’avance sur leur site Web, ils espèrent décourager les clients qui ne peuvent tout simplement pas se  permettre leurs services. Il existe aussi des Freelance qui préfèrent les taux et frais fixes. Il peut y avoir aussi une envie de s’économiser beaucoup de temps et éviter la frustration. Les clients qui acceptent les prestations après avoir vu les prix sont plus susceptibles de payer. Néanmoins, il faut bien réfléchir car chaque projet est unique. Lors d’une renégociation de prix et que le prix est affiché le prospect peut se sentir floué. Il faut donc décider à quelle catégorie on veut appartenir. Quelle que soit la catégorie, il faut néanmoins prendre un paiement d’avance. Une avance dès le départ est un excellent moyen de vous protéger et protégez votre temps. Cette avance ne doit pas être trop importante. Beaucoup de freelance demandent 25% dès le départ. Certains demandent 50% et certains autres vont même jusqu’à 75%. Le client peut ne pas se sentir rassuré. Tout dépend du projet, de sa valeur globale, et de la solvabilité du prospect.

  • Ne pas transmettre tous vos fichiers finaux avant d’avoir reçu tout votre argent

Une fois que le projet est finalisé au moment de conclure et d’envoyer au client le reste du projet, il reste la chose la plus importante à faire. Encaisser le reste de la rémunération. Il ne faut à aucun moment envoyer le reste des travaux sans avoir reçu son argent. Un client qui demande à recevoir le reste de la production, et cela avant de régler le montant du, a de grandes chances de s’envoler avec le reste de l’argent. D’autant plus que cette partie, doit être écrite noir sur blanc dans le contrat.  Quel que soit le degré de confiance dans lequel on peut être avec son client, celui-ci peut avoir des soucis dont on ne sait rien. Il peut parfois se créer une ou plusieurs situations pour des motifs divers. Souvent la mauvaise volonté n’en fait pas partie. Il s’agit plus d’un concours de circonstances.

  • En conclusion

Il est possible de travailler en tant que freelance et de gagner sa vie convenablement. Il faut néanmoins savoir être précautionneux. Quand on devient freelance, on devient en quelque sorte son propre chef d’entreprise. Même si celle-ci ne comporte qu’un seul employé. Il ne faut jamais oublier que le client donneur d’ordre peut avoir des problèmes ou des manques en trésorerie. Bref, les bons comptes font les bons amis.

Mounir Mossayer

Publier un commentaire